C'est vrai ça ? | La newsletter

Newsletter hebdomadaire regroupant les différents débunks réalisés par les équipes de C'est vrai ça ?

image_author_C'est vrai ça ?_
Par C'est vrai ça ?
70 articles
23 janv. · 6 mn à lire
Partager cet article :

Une semaine insolite chez CVC

Plein de choses passionnantes et surprenantes cette semaine : des vaches qu'on empêche de péter, des pit-bulls qui maternent, un microbiote qui déclenche la dépression, des muscles qui rallongent la durée de vie... En bonus : un débunk sur les vaccins… et, bien sûr, un même. Bonne lecture !

Remarque importante : certains outils de messagerie tronquent les e-mails dépassant une certaine taille (ce qui est le cas de notre newsletter). Quand c’est le cas, votre outil ajoutera à la fin : [Message tronqué]  Afficher l'intégralité du message .
N’hésitez pas à cliquer dessus pour accéder au contenu dans sa globalité.


Nos débunks favoris du 8 au 14 janvier 2024 Nos débunks favoris du 8 au 14 janvier 2024

🐄 Pour empêcher les vaches de péter du méthane, un simple médoc suffit

Le non sens au détriment du bon sens

Depuis quelques temps, j’ai écho d’essais orchestrés par des laiteries sur l’utilisation d’un additif chimique dans l’alimentation des vaches laitières.

Cet additif fonctionnerait comme un médicament en inhibant la synthèse d’une enzyme dans la panse de la vache à condition d’avoir une dose toutes les quatre heures.
La vache au lieu du rejeter naturellement du méthane le transformerait en hydrogène ?

Bien évidemment certains fabricants de minéraux se sont engouffrés dans la brèche et propose un minéral incluant ce médicament pour que la vache en ait à disposition tout au long de la journée et pendant toute sa vie.

Alors que nous éleveurs devons jeter le lait quand nous utilisons un médicament occasionnellement pour soigner une vache malade.

Mais comment des directeurs de laiterie ont-ils pu valider ce genre de pratique, et même inciter des éleveurs à utiliser cet additif avec une prime de 1 ct par litre ?
Pour moi donner un médicament à une vache en permanence n’est pas anodin.
Soit ils ont eu connaissance de l’innocuité à long terme de cet additif chimique sur la santé des vaches et la santé des consommateurs qui mangeront ces fromages, et là j’attends de voir les études scientifiques !
Soit ils sont attirés par un marketing environnemental pour afficher un impact CO2 moindre sur leur fromage, et dans ce cas avec bien sûr la mention "produit par des vaches qui ont chaque jour ingéré un additif chimique dans leur alimentation" !

Je m’interroge vraiment sur la pertinence de cette solution de court terme qui pourrait se retourner contre toute la filière laitière et tous les éleveurs, même ceux qui n’utiliseront jamais ce produit chimique.
J’appelle à une très grande vigilance de la part des éleveurs puisque nos institutions sanitaires et politiques ont visiblement donné leur accord de mise en marché de cet additif chimique sans appliquer le principe de précaution quant aux possibles conséquences à long terme sur la santé globale.

Ouvrons les yeux, des solutions naturelles existent pour réduire le méthane des vaches. Plus d’herbe, de luzerne, de trèfle, de colza, de lin, de pois, de féverole et toutes les graines et plantes riches en oméga 3 ? C'est sans doute plus compliqué à mettre en place par rapport à une pincée d’additif ?

Messieurs les directeurs qui prennez de telle décision, afficherez-vous sur vos fromages "-20 % d’impact CO2 grâce à un additif chimique que la vache mange chaque jour" ?
Avez vous pensé à la santé de vos enfants et petits enfants avant de valider ?

Moi éleveur, j’y pense chaque jour dans ma ferme parce que paysan c’est nourrir les hommes et cette responsabilité est aussi la vôtre !

Le regard d’un paysan éleveur.

Voir la publication d’origine

Photo : Ryan SongPhoto : Ryan Song

Ça pourrait être vrai…

Le Bovaer est un additif alimentaire qui a été approuvé par l’UE en février 2022. Il réduit les émissions de méthane des vaches laitières de 30% et celles des vaches à viande de 90 %.

Il inhibe les bactéries productrices de méthane du rumen des ruminants.

http://tinyurl.com/5n6n4dff

Selon la Food Standards Agency (UK), les résidus de Boaver dans le lait et la viande n’ont pas été jugés préoccupants car les doses absorbées par les consommateurs seraient largement inférieures à la dose journalière admissible (DJA).

Selon l’agence de sécurité alimentaire européenne (EFSA), le Boaver :

-       Est sans danger pour les vaches laitières ‟à la dose maximale recommandée,

-       Son utilisation ‟dans les conditions prévues” ne pose aucun problème pour la sécurité des consommateurs et l’environnement.

http://tinyurl.com/4xam7kkw
http://tinyurl.com/mrypurnk

On peut cependant émettre quelques doutes sur son innocuité...

En effet :

-       Selon l’Agence canadienne d’inspection des aliments, cette molécule ne doit pas être donnée aux ruminants mâles destinés à la reproduction (étonnant pour un simple ‟additif alimentaire”)
-       Selon la Food Standards Agency, l'additif devait être considéré comme corrosif pour les yeux et irritant pour la peau ; en plus, une étude a mis en évidence que l’inhalation aiguë avait des effets néfastes, ce qui implique le port de masque lors de la manipulation du produit.

http://tinyurl.com/2p94282r
http://tinyurl.com/4xam7kkw


🏋️‍♂️ Les plus musclés vivront longtemps

La masse musculaire prolonge l’espérance de vie.💪

C’est en tous cas ce qu’écrivent des chercheurs de l’école de médecine David Geffen dans l’American Journal of Medicine.

Les chercheurs pensaient autrefois que les personnes âgées en surpoids avaient un risque plus élevé de mourir.

Des études récentes ont finalement montré que les personnes en « sous-poids » avaient également un risque plus élevé de mourir.

C’est pourquoi de plus en plus d’épidémiologistes arrivent à la conclusion que ce n’est pas le poids qui détermine la durée de vie, mais la masse maigre.

Dit autrement, ta masse musculaire.

Preethi Srikanthan a testé cette théorie en examinant les données sur 3695 personnes de plus de 55 ans recueillies pour la National Health and Nutrition Examination Survey III.

Et voici ce qui est ressorti de ces travaux :

Les personnes ayant beaucoup de masse musculaire 𝐨𝐧𝐭 𝟐𝟎 % 𝐝𝐞 𝐜𝐡𝐚𝐧𝐜𝐞𝐬 𝐝𝐞 𝐦𝐨𝐢𝐧𝐬 𝐝𝐞 𝐦𝐨𝐮𝐫𝐢𝐫 que les participants ayant peu de masse musculaire.

Preethi Srikanthan n’explique pas comment la masse musculaire augmente notre espérance de vie.

Peut-être protège-t-elle contre les niveaux élevés de glucose ?

Peut-être réduit-elle la quantité de graisse néfaste ?

Peut-être que ceci est dû au fait que les muscles produisent des substances protectrices, que l’on nomme les myokines (si ce sujet t’intéresse, je pourrai faire un post sur le sujet, mais ces molécules ont des effets anti-âge qui pourraient t’intéresser… 😋) ?

Bref.

Si tu veux vivre plus longtemps,

Lève toi et bouge ! 🏋️‍♀️


Voir la publication d’origine

✅ C'est vrai !

D'après l'étude menée par des scientifiques de l'école de médecine David Geffen http://tinyurl.com/2shdrnfj une personne âgée avec une masse musculaire élevée présente un risque de mortalité réduit de 17.2% par rapport à une personne avec une faible masse musculaire (Tableau 2).
L’étude ne confirme pas totalement que l'augmentation de la masse musculaire est directement liée à une plus grande espérance de vie.

Cependant la mesure de masse musculaire peut prédire la survie d'une personne âgée en bonne santé. Une méta-analyse de 16 études indique que la faible masse musculaire accroît davantage le risque de mortalité chez les individus en surpoids. http://tinyurl.com/4tdhzm4d

Enfin, une étude réalisée aux États-Unis a permis d'établir un lien entre l'entrainement de la force musculaire et le risque de mortalité chez les personnes âgées. En effet, ceux réalisant des exercices physiques, conformes aux directives données, réduisent de 46% le risque de mortalité toutes causes confondues que chez ceux ne suivant pas ces directives http://tinyurl.com/23j453xy.

Aucun lien concret n'a été établi entre la masse musculaire et le risque de mortalité. Cependant l'attention devrait également se porter sur la force musculaire !


🐾 Gentil, le pit-bull

Saviez-vous que depuis plus de cent ans les pit-bulls étaient appelés : « chiens nounours » et qu’on les prenait pour veiller sur les enfants ?
Aucun animal autre que l’humain a un esprit si tordu pour prendre plaisir à blesser, torturer, et tuer. hashtag#Pitbull

Voir la publication d’origine

❌ C’est faux !

Encore un mythe qui provient d’une mauvaise interprétation et d’un coup marketing.

Tout d'abord, la confusion émane de la distinction entre un pitbull et un staff, explication ici : https://cvc.li/vskJr.

Le côté marketing provient d'un article du New York Times (NYT) datant de 1971, intitulé "A Breed That Came Up the Hard Way" (Une race qui s'est imposée à la dure).
Mme Rant, alors rédactrice en chef du magazine du Staffordshire Bull Terrier Club of America, est interviewée par le NYT à la veille de l'autorisation accordée au staff de participer au concours du American Kennel Club (AKC), la plus importante fédération canine des États-Unis.
Dans l'article, elle relate comment un staff est devenu un membre de la famille et a excellé en tant que "chien nounou" ou "chien nourricier".
L’article se trouve ici : https://cvc.li/cPnXH

Le mythe a ensuite pris la forme de la légende urbaine du "Nanny Dog" et a été repris dans de nombreux articles.
Consultez le débunking intégral en anglais à cette adresse : https://cvc.li/hIcUk

Quant à la photo, en voilà une autre du même genre, ça a l’air authentique non ? https://cvc.li/UdTVI


🥖 Rompre ou trancher ? Telle est la question…

Si il y a bien quelque chose que je ne supporte pas, c'est de couper la baguette avec un couteau... 😅

Une baguette, ça se rompt, et puis c'est tout ! 🥖

Déjà parce que c'est beaucoup plus agréable de manger du pain qui n'a pas un bord parfaitement droit mais aussi, car historiquement, la baguette a justement été créée pour être rompu à la main ! 🖐

Vraiment ?

Et oui...

On doit l'origine de la baguette aux années 1920 pendant la construction du métro parisien. A cette époque, Fulgence Bienvenüe est l'architecte du projet, et il connait malheureusement quelques difficultés sur ses chantiers.

En effet, entre les ouvriers d'origines diverses, Auvergnats, Bretons, Landais...le courant passe mal et les bagarres dans les tunnels sont quotidiennes.

Or à cette époque, chaque ouvrier est équipé d'un couteau, pour rompre son pain. Imaginez bien qu'ils ne s'en servaient alors pas que pour ça, et que les résultats étaient dramatiques.

Pour réguler ce problème, notre architecte en chef à eu la bonne idée de demander aux boulangers de Paris de créer un pain qui pouvait facilement se couper à la main, évitant ainsi aux ouvriers de porter sur eux un couteau !

Et voilà comment la baguette est née et pourquoi il est interdit de la couper au couteau ! 😄

Voir la publication d’origine

❌Légende urbaine.

C'en est une de celles qui entourent l'origine de la baguette... et il est fort probable qu'elle restera à l'état de légende pour les siècles à venir !

L'origine exacte de la baguette de pain semble plutôt venir d'une demande de la bourgeoisie, demandant un pain frais pluri-quotidien, qui plus est peu encombrant et facile à couper.

https://www.radiofrance.fr/franceculture/a-l-origine-de-la-baguette-de-pain-4966171

L'acte de "rompre" le pain peut également être perçu dans son sens religieux, comme étant le partage du pain lors de la Cène, mais auquel cas la forme typique de la baguette n'entre pas en ligne de compte.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Fraction_du_pain

Fun fact (ouais, nous agrémentons ce débunk d'un "bonus" culture générale, fifous que nous sommes) : le mot "Compagnon" (et son dérivé "Copain") est à l'origine une locution révélant "celui qui partage le pain avec un autre".

https://www.cnrtl.fr/definition/academie9/compagnon

Bref, rompre le pain à la main nécessite une bonne hygiène, et au couteau, une bonne lame !


🐁Déprimé ? Massez-vous le ventre… et mangez des fibres

Une nouvelle étude de l’Institut Pasteur vient bouleverser nos croyances sur la dépression. E t apporter de l’espoir.

On pensait que c’était juste un déséquilibre de la chimie du cerveau.

Mais beaucoup de choses commencent dans le microbiote intestinal ⬇️

Votre tube digestif contient 100 000 milliards de bactéries. Bonnes ou mauvaises.

Leurs signaux sont transportés par le nerf vague, l’autoroute directe entre le microbiote et le cerveau.

Ce nerf est connecté à des zones cérébrales gérant nos émotions 🧠

En juin 2023, des chercheurs de l’Institut Pasteur ont publié une nouvelle étude sur son rôle dans la dépression.

Les scientifiques ont fait une expérience sur des souris : ils ont transféré le microbiote de rongeurs dépressifs à des souris en bonne santé.

Résultat : les souris auparavant à l’état stable ont plongé dans la dépression.

Mais quand ils ont coupé le nerf vague des souris saines avant de faire le transfert de microbiote, leur humeur n’a pas changé !

Donc, en résumé, c'est bien le nerf vague qui transmet le message des bactéries intestinales déséquilibrées jusqu'au cerveau.

En ciblant ce nerf, de nouvelles approches thérapeutiques émergent.

De quoi soulager les dépressions des 30% de personnes résistantes aux antidépresseurs.

On peut chouchouter notre panse grâce à la méditation et au massage.

Et dompter la bête vagale qui sommeille en nous.

https://lnkd.in/gsCwGZbH

Voir la publication d’origine

✅C'est vrai, l’association entre dépression et dysbiose intestinale n’est plus à démontrer.

Des travaux ont prouvé que les dépressifs présentent des anomalies dans leur microbiote intestinal.

Une étude montre l’implication du nerf vague. Il est le plus étendu de l’organisme et relie le cerveau à différents organes dont le système digestif.
Il constitue ainsi un lien anatomique direct entre eux.

Pour ne pas paraphraser ce post notre collectif s'est intéressé à un élément.
Comment on reconnaît une souris dépressive ?
Elle reste dans sa couette ou elle lit énormément de posts de Malheurs Actuels ?
Non.

Cela se traduit par une perte d’intérêt, de curiosité, de motivation,une apathie lors d’exercices simples.
C’est d’ailleurs ce qui a été constaté chez les souris contrôles.

En revanche, chez celles qui ont subi une vagotomie, section totale ou partielle du nerf vague, le transfert de microbiote n’a pas induit de dépression et cela ouvre la voie à des perspectives thérapeutiques.

Stimuler le nerf vague grâce à la méditation ou encore des massages pourrait renforcer par exemple l’effet des traitements.

Même si nous n'avons pas trouvé de massage ou de méditation testés chez les souris.

https://cvc.li/UheHn
https://cvc.li/cjXAn

 


Débunk

Les vaccins sont-ils vénéneux ?

C'est Vrai Ça ? a été tagué sur un post annonçant que depuis quelques mois, un certain nombre de vaccins étaient classés dans la catégorie “substance vénéneuse” en France.

Photo : Towfiqu BarbhuiyPhoto : Towfiqu Barbhuiy

Voici ce que disait le post :

"ℹ️Depuis le 7 septembre 2023, parmi les vaccins💉obligatoires en France, 10 d'entre eux ont été inscrits par l'ANSM sur la liste I des substances vénéneuses !

Sont classés sur la liste I des substances vénéneuses, les médicaments à usage humain contenant tout ou parties des bactéries ou des virus suivants sous toutes leurs formes et quels que soient leur groupe, leur souche ou leur variant :

-Bordetella pertussis ;
-Haemophilus influenzae ;
-Leptospira icterohaemorrhagiae ;
-Neisseria meningitidis ;
-Salmonella typhi ;
-Streptococcus pneumoniae ;
-Virus de l’encéphalite japonaise ;
-Virus de la fièvre jaune ;
-Virus de l’hépatite B ;
-Virus des oreillons ;
-Virus de la poliomyélite ;
-Virus de la rougeole ;
-Virus de la rubéole ;
-Virus de la vaccine.

https://lnkd.in/eUePKapn
"

Alors, les vaccins sont-ils vénéneux ? Et comment comprendre cette affirmation ?



Les journées chez CVC c'est des mèmes et des mèmes (c'est notre machine à café à nous 😌). Chaque semaine nous en sélectionnons un qui illustre bien l'ambiance du moment ! Les journées chez CVC c'est des mèmes et des mèmes (c'est notre machine à café à nous 😌). Chaque semaine nous en sélectionnons un qui illustre bien l'ambiance du moment !